GOUVERNANCE

Une politique de gouvernance tournée vers les résultats et à l’enrichissement de son offre commerciale

La Poste Gabonaise est et reste un levier d’accompagnement de l’Etat en matière de mise en œuvre des politiques publiques dans le domaine des services au Gabon

Alors qu’elle était confrontée en 2015, à un certain nombre de difficultés consécutives à la faillite de Postebank SA, sa filiale bancaire, la Poste gabonaise refait progressivement peau neuve. Elle réaffirme ainsi sa place d’entreprise d’implantation nationale, grâce notamment à une réforme profonde de sa structure organique, à sa politique de gouvernance tournée vers les résultats et à l’enrichissement de son offre commerciale.

Pour rappel, il convient de noter qu’avec la mise en liquidation, par la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale (COBAC) de Postebank SA, née de la fusion des services de la Caisse d’épargne postale (CEP) et du Centre des Chèques Postaux (CCP), la Poste gabonaise s’est retrouvée en difficultés. Car quatre (4) des cinq filiales crées pour être des centres de profits en sont devenues, pour cause de déficit structurel, des centres de couts. Il a bien fallu, dans cette configuration de crise, trouver des voies et moyens pour relancer les activités de la Poste dont la place et le rôle dans la mise en œuvre des politiques publiques sont ce qu’il y a de plus marqué au plan national. C’est à ce défi qu’a été confrontée la nouvelle Direction Générale nommée en octobre 2015.  

 

Sur la base de la feuille de route prescrite par le Gouvernement, il a fallu passer aux actes. Objectif premier, contenir les charges et relancer les activités de base de l’entreprise. C’est ainsi qu’il a été opéré une réforme organique qui a permis de ramener la configuration de l’entreprise à la juste proportion de ses effectifs et à la mesure de ses activités de base. Ainsi, d’une organisation initiale reposant sur cinq filiales, la Poste gabonaise ne tient aujourd’hui que sur deux principaux piliers (Pôle activités postales et Pôle activités financières) dont le fonctionnement et les règles de management ont été profondément repensés et adaptés aux exigences de la feuille de route et donc de l’Etat, propriétaire et actionnaire unique de la Poste.

Au Gabon, la Poste est non seulement l’une des plus vielles entreprises publiques, mais aussi la seule à être présente sur l’ensemble du territoire national, en zones urbaines comme en zones rurales. Fort de cette présence affirmée, elle joue pour l’Etat gabonais, un rôle de levier d’accompagnement et de mise en œuvre des politiques publiques, en plus de sacrifier à sa mission fondamentale axée sur l’offre de service postal universel assurée pour le compte de l’Union Postale Universelle, organisation internationale dont elle en est membre, en qualité d’opérateur désigné de l’Etat gabonais.

 

Pour les missions de service publique que lui confie l’Etat gabonais, comme pour celles qui lui sont prescrites par les instances postales internationales, la Poste gabonaise est au quotidien, au service de plus de 12.000 clients sur l’ensemble du territoire national. En accompagnant au quotidien cette clientèle composée pour l’essentiel des fonctionnaires et autres employés des collectivités locales aux revenus parmi les plus modestes du marché du travail national, la Poste devient ainsi le bras séculier de l’Etat gabonais.

 

Privée de la partie télécoms dont les recettes permettaient de couvrir le déficit structurel de ses activités traditionnelles, la Poste fait face, depuis les années 2000, et comme observé à l’échelle mondiale, au déclin du chiffre d’affaires issu de ses activités de base (courrier, colis et transfert d’argent). Cette situation a été aggravée, depuis 2016, par la mise en liquidation de Postebank SA, dont les résultats n’ont pas été à la hauteur des attentes. Dans un tel contexte et pour être en phase avec les directives des instances postales internationales, la Poste gabonaise a opté pour une refonte profonde et un élargissement stratégique de son offre commerciale. C’est ainsi qu’en sus de la réorganisation de sa chaîne de traitement du courrier et des colis, désormais dotée des outils modernes de traçabilité comme l’IPS.POSTE et le QCS, la Poste gabonaise s’est dotée d’un Service Poste numérique fonctionnant sous le modèle d’une start-up entièrement dédié à la création des produits du numérique. Cette approche vise à renforcer les capacités financières de l’entreprise tout en lui permettant de s’adapter aux enjeux des technologies de l’information et de la communication. Par la diversité des offres de service innovants actuellement en gestation, ou par celles dites classiques, proposées depuis des années à sa clientèle aux quatre coins et recoins du pays, la Poste favorise ainsi, du fait de ce maillage territorial, l’inclusion financière, sociale et numérique.

De l’avis d’une clientèle de plus en plus exigeante en termes de besoins à satisfaire et de qualité de service, les réformes multisectorielles entreprises au sein de la Poste depuis 2015 ont permis d’amorcer un important virage dans la gouvernance de l’entreprise et les choix d’actions prioritaires pour son développement. Il reste que ces réformes ont besoin d’être complétées par la création à terme, d’une structure bancaire adaptée aux besoins et à la typologie de la clientèle postale. Il est ici fait allusion à l’accompagnement financier des ménages pour lesquels les besoins sont parfaitement cernés au niveau du pôle activités financières dont les fondamentaux au triple plan organisationnel, comptable et commercial sont déjà mis en place dans la perspective de sa migration en structure bancaire. A travers cette nouvelle banque postale dont la mise en activité conditionne le retour à l’équilibre des comptes de la Poste, la Direction Générale entend booster la consommation des ménages à faibles revenus et contribuer ainsi à l’amélioration de l’indice national de croissance, tout en visant à moyen terme, l’autonomisation financière de la poste dont la survie quotidienne est aujourd’hui tributaire de l’accompagnement financier du Trésor Public.

En dépit de la situation financière quelque difficile que travers l’Etat, la poste reste toujours au cœur des priorités du Gouvernement qui intensifie, mois après moi, ses efforts pour aider la poste à sortir définitivement de sa crise et vivre désormais du résultat de son exploitation. Cette détermination du Gouvernement n’est que la réponse logique et consécutive à une gouvernance renforcée qui fait conjuguer deux exigences fondamentales. Des actions fortes permettant de baisser continuellement les charges d’exploitations et la présence affirmée de l’Etat en sa qualité de propriétaire et d’actionnaire unique au sein des organes sociaux (Conseil d’Administration et Assemblée) où y siègent de façon particulièrement active, des hauts fonctionnaires représentant la Primature et le Ministère de l’Economie et celui de l’Economie Numérique.



Au quotidien, au service de plus de 12.000 clients sur l’ensemble du territoire national

Booster la consommation des ménages à faibles revenus et contribuer ainsi à l’amélioration de l’indice national de croissance